Le Cinq, Maisons de ville, Montréal

Home / Portfolios / Le Cinq, Maisons de ville, Montréal

Description des maisons de ville

Le bâtiment existant converti en cottage unifamilial possède ses espaces de vie au rez-de- chaussée, avec trois chambres au deuxième étage. Sa superficie habitable brute totale est d’environ 1400 pi2. Les ouvertures de facture commerciale en façade sur Berri ont toutes été conservées. Un apport de lumière plus généreux que ce que permettaient les conditions existantes a été prévu, par l’ajout de deux fenêtres au rez-de-chaussée sur la rue Bibaud, et par l’agrandissement de l’ouverture existante du 2e étage pour la même façade. De plus, deux types d’espaces extérieurs sont offerts pour cette unité, à savoir une terrasse abritée au rez-de-chaussée, et une seconde terrasse bien ensoleillée ajoutée sur la toiture existante.

Quant aux deux premières nouvelles maisons de ville, elles offrent sur leur quatre niveaux habitables des superficies brutes totales d’environ 1780 pi2 chacune. Le rez-de-chaussée peut accueillir soit un grand espace polyvalent, soit une chambre et un bureau. Pour les niveaux supérieurs, l’une a ses espaces de vie au 2e étage avec les chambres au 3e étage et une chambre additionnelle à la mezzanine, tandis que l’autre présente une configuration inverse, avec les chambres au 2e étage et les espaces de vie au 3e étage,avec un séjour additionnel à la mezzanine. Toutes deux comportent de généreuses terrasses au toit, en plus d’une terrasse au niveau du rez-de-chaussée, dans la cour arrière. En plus, l’une de ces unités possède une loggia au 2e étage, sur la rue Bibaud, ce qui offre un troisième type d’espace extérieur, en plus de venir animer la volumétrie de la façade.

La troisième maison de ville, à l’angle de la rue Resther, est une unité multi-générationnelle. Sa généreuse superficie, pour le total des quatre niveaux, avoisine les 3600 pi2. Cette unité a été conçue pour accueillir une mère et ses filles. L’aménagement a été pensé en fonction du fait qu’un groupe de deux filles, un autre groupe de trois filles, puis la mère, puissent toutes disposer de certains espaces leurs étant plus spécifiquement dédiés, tout en aménageant certains autres espaces, en particulier la grande salle familiale du rez-de-chaussée, que toutes pourront partager.

Matérialité et intentions conceptuelles

Le projet vise à affirmer nettement l’historique de construction sur le site. Le bâtiment existant sera donc préservé avec tous ces détails et caractéristiques rappelant l’époque de sa construction : le parement de brique d’argile rouge sera remplacé par une brique similaire. Sur la rue Berri, là où un parement métallique a été ajouté pour masquer la brique, la tôle sera enlevée, et toutes les façades existantes seront traitées avec la même brique rouge.

La toiture à baguettes sera refaite de manière traditionnelle, fidèlement à la mise en oeuvre originale, et tout élément ornemental en bois découvert sous la tôle sera restauré pour retrouver l’aspect d’origine. Là où ce bâtiment existant conservé jouxte la construction contemporaine, une cavité a été exprimée par le positionnement

en retrait de l’entrée du rez-de-chaussée et l’inclusion d’une loggia au 2e étage de l’unité 02, créant une démarcation claire entre les deux constructions d’époque et de langage distincts, tout en permettant l’expression du bâtiment existant comme un volume et non un simple plan linéaire.

Les façades de la nouvelle construction sont essentiellement composées de maçonnerie, à savoir la pierre calcaire Saint-Marc, en rappel à la proximité de la rue Des Carrières et à sa vocation d’antan, le tout réinterprété de manière contemporaine, avec des accents de bois apportant une touche de couleur et de chaleur à l’ensemble. La façade sur cour sera traitée sobrement, avec l’utilisation de panneaux de fibro-ciment et de brique d’argile, dont les teintes appartiennent à la même palette que la pierre. Des insertions de panneaux métalliques viendront ponctuer et animer l’ensemble.

Enfin, les façades des mezzanines visibles et accessibles depuis les terrasses au toit seront toutes du même revêtement métallique que les insertions, pour conférer un aspect contemporain et un entretien facile à ces oasis urbains, qui seront aussi agrémentés de végétation.

Toitures, toits-terrasses et végétation

Les toitures seront recouvertes d’une membrane blanche hautement réfléchissante, afin d’éviter les îlots de chaleur. Les mezzanines ont été configurées de sorte que chacune d’elle soit baignée de lumière naturelle sur deux faces, tout en assurant à chaque terrasse au toit un maximum d’intimité. Au niveau du sol comme sur les toits-terrasses, on prévoit revégétaliser l’ensemble de la parcelle, soit par des bacs de plantation, de nouveaux arbres, arbustes et couvre-sols.

Quartier et contexte

Le projet, situé dans un quartier résidentiel vivant en raison de la proximité du réseau de transport en commun, d’un parc d’envergure, du réseau cyclable et des commerces de l’avenue Laurier et de la rue Saint-Denis, se trouve au coeur d’un lieu de vie unique. Ce projet propose une bien meilleure densité que le bâtiment actuel et il permet de

requalifier et de reverdir le lot tout en donnant à la rue et au quartier, une valeur ajoutée.

Choix d’implantation

L’implantation retenue permet à chaque unité de bénéficier d’un apport de lumière naturelle sur au moins deux faces, soit les orientations sud-est et nord-ouest. Ainsi, chaque unité recevra de la lumière naturelle tout au long de la journée. Par ailleurs, cette implantation est également favorable à la ventilation naturelle transversale des unités de logement et diminue significativement la nécessité d’utiliser des équipements mécaniques. L’utilisation des panneaux de fibro-ciment de fini naturel clair pour la façade donnant sur la cour arrière permettra de ne pas assombrir tant la cour faisant partie du projet que celle du lot voisin. La position proposée pour les escaliers d’issue en façade arrière permet de desservir toutes les unités de logement, tout en n’obstruant pas l’apport de lumière naturelle.

Entretien

Afin de s’assurer que le revêtement de bois conservera son aspect d’origine et la qualité de ses propriétés au fil du temps, le contrat de copropriété contiendra une clause sur l’entretien obligatoire de ce revêtement de bois, en respectant en tous points les recommandations du fabricant, y compris l’application éventuelle de nouvelles

couches de teinture ou de vernis protecteur, s’il y a lieu.

LEED

Le projet sera construit en respectant les principes d’éco-responsabilité, et visera à obtenir une certification LEED. À ce stade préliminaire du projet, le niveau de certification visée est LEED ARGENT.

Projet: 5 unités d’habitation
Lieu: Plateau Mont-Royal, Montréal, Qc
Superficie: 6 800 pi2
Budget: 3 250 000$
Années: 2016-2017
Collaborateurs: Marco Joubert et Pascale B. Lamothe